Les coûts de non qualité en Management Thermique

Des pertes considérables pour l’entreprise sont souvent engendrées par une qualité mauvaise des composants de dissipation thermique.

L’estimation des coûts de la non qualité permet de connaître les gisements à exploiter pour accroître la compétitivité, d’établir des priorités pour les actions correctives et de mesurer globalement les progrès. On raison souvent en Sourcing Achat Pur avec un objectif de saving : c’est hélas loin du cout complet.

En effet, les coûts résultants de la non qualité se décomposent en :

* Coût de détection : dépenses engagées pour vérifier la conformité des produits aux exigences de qualité.

un fournisseur local aura peu de frais pour les couts de détection. si une visite est nécessaire, cela peut se faire dans la journée avec de la réactivité. pas besoin de visas de billets d’avion pour voir de toute façon quelque chose qui aura été préparé pour votre visite « surprise »

     * Coût de prévention : investissements humains et matériels engagés pour vérifier, prévenir et réduire les anomalies.

la visite régulière des fournisseurs est une tache importante dans l’acte d’achat BtoB, on voit si l’entreprise est pérenne, comment les équipes fonctionne….cela conforte la stratégie achat ou au contraire indique qu’il est temps de passer à des nouveaux modèles économiques d’achats…

     * Coût des anomalies internes : frais encourus lorsque le produit ne satisfait pas aux exigences avant d’avoir quitté l’entreprise.

Souvent la relance, le suivi, l’expediting coutent énormément cher à l’entreprise et au service achat. des prestataires externes sont souvent embauchés pour cette tache… leur objectifs etant … (et cela se comprend) de faire durer la mission !! il est nécessaire en 2015 d’avoir un fournisseur avec un extranet « commande » ou l’on retrouve toute la commande (prix, accusé de réception, bordereau de livraison, colisage, numero de suivi du colis) ainsi on a l’info disponible gratuitement, et en tout temps et tous lieu !

     * Coûts des anomalies externes : frais encourus lorsque le produit ne répond pas aux exigences de qualité après avoir quitté l’entreprise.

C’est bien connu que le diable se niche dans les détails… un fournisseur en management thermique doit etre clair et précis dans la définition du matériel. que ce soit du grade d’aluminium à la forme des pas de vis… ainsi on quantifie mieux ce que l’on achete et l’analyse ratio prix/prestation est plus précis.

http://www.management-thermique.fr/

Dans les Directions des Achats, le proverbe suivant revient en force : « Je ne suis pas assez riche pour acheter bon marché »

Ceci est un fait, si vous dépensez de l’argent dans des composants bon marché, vous aurez à en racheter de nouveau dans quelques mois, le taux de rebut et de reprise sur ligne de fabrication sera élevé. Il est donc préférable de payer plus cher, cela vous évitera de futures dépenses.

De plus, les composants bons marché vous fait perdre du temps pour les trouver, du temps pour les réparer…Ce qui peut vite devenir frustrant ! Au final vous perdrez plus d’argent. le Logiciel SAP est excellent pour tracer et identifier ces couts qui font grimper votre prix de revient pondéré (PRP).

Comme le disent les allemands : « Ce qui est bon marché coûte plus cher ! »…ça c’est l’adage…. mais quand vous travaillez sur un segment industriel, l’utilisation de composants prémium donnent des USP « unique selling point » à vos équipes et donc plus de ventes… comme vous achetez en plus grosse quantité, votre prix de revient pondéré baisse…. et votre marge augmente…

Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans Packaging Electronique, Refroidissement diphasique, Refroidissement Direct, Refroidissement fluidique, Refroidissement Indirect, Refroidissement par air